French Tech : 8 autres territoires labélisés

french tech logo

Nice, Lorraine, Brest, Normandie et Angers viennent de rejoindre les autres territoires français du numérique.

La secrétaire d’État au numérique a indiqué récemment les 8 nouveaux territoires qui vont recevoir le label ‘French Tech’. Ces primés iront rejoindre les 9 métropoles labellisées. Ils comptent 4 grandes métropoles ainsi que des villes périphériques présentant une grande maturité en termes de dynamisme entrepreneurial.

Parmi ces territoires, on trouve Brest Lannion, Quimper et Morlaix), Normandie (Le Havre, Caen et Rouen), Lorraine (Metz, Épinal et Thionville) et Côte d’Azur (Nice, Cannes, Sophia-Antipolis et Grasse). 4 autres territoires proposant un ‘écosystème d’innovation’ ont aussi été distingués : Saint-Étienne (Design Tech), Alsace (Medtech) Avignon (Culture Tech) et Angers (cité des objets connectés).

Les critères essentiels de labellisation

Pour obtenir ce label, il existe notamment certains critères importants comme le nombre de start-ups implantés dans le territoire ou encore l’existence de mentors pour les soutenir dans leur développement. En Lorraine se trouvent notamment 1 000 start-ups proposant 6 000 emplois dont plus de 30% se trouvent sur le Grand Nancy.

L’association Grand Est Numérique va présenter le 15 octobre prochain un grand rassemblement. Pour sa part, Brest Tech va regrouper le 26 juin plus de 20 start-ups. Pour sa part, Anticipa (situé à Lannion) vient de mettre en place ‘Passion’, un accélérateur de start-ups comprenant déjà 3 nouvelles entreprises.

3 métropoles labellisées

  • Lille : Le label French Tech attribué à la ville de Lille tourne autour du lieu ‘Euratechnologies’. Horizontal Software, un concepteur de logiciels destinés au RH qui se trouve à ‘Euratechnologies’ est notamment d’une des 5 sociétés françaises qui vont participer au ‘Pass French Tech’.
  • Lyon : La French Tech a d’abord commencé avec la mise en place d’Axeleo. Les fonds attribués vont permettre de soutenir jusqu’à 8 jeunes entreprises ‘BtoB’ chaque année.
  • Bordeaux : La ville a lancé 2 accélérateurs de start-ups, et cela, sans les investissements de la BPI. 33Entrepreneurs, après avoir levé 2.4 millions d’euros, veut se focaliser dans 3 domaines différents à savoir la gastronomie, le tourisme et le vin. Hemera, par contre, se concentre davantage sur le numérique et, avec 1.5 million d’euros levés, le groupe prévoit de soutenir financièrement plusieurs start-ups à partir de cet automne.